• Home »
  • ECONOMIE »
  • Port de Douala: vers la fin des tracasseries au dédouanement des marchandises
Port de Douala: vers la fin des tracasseries au dédouanement des marchandises

Port de Douala: vers la fin des tracasseries au dédouanement des marchandises

Le port de Douala vient de se doter du système d’information des administrations techniques (Siat), qui devrait mettre fin aux tracasseries au dédouanement des marchandises.

 

Le système d’information des administrations techniques (Siat) que vient de recevoir le Guichet  unique marque  une étape décisive dans l’achèvement de cette procédure qui dure  depuis bientôt deux ans.

Selon des informations du Guichet unique des opérations du commerce extérieur, les longues files de personnes que l’on observe au Port autonome de Douala et les nombreuses tracasseries que subissent ces derniers depuis plusieurs décennies déjà ne seront plus qu’un lointain souvenir. Plus que quelques semaines et le calvaire des usagers sera derrière eux.

Selon  Isidore  Biyiha, le Directeur général du Guichet unique des opérations  du commerce extérieur, le bout du tunnel n’est plus loin. «Dans les mois à venir les  opérateurs économiques n’auront plus à faire la queue dans nos bureaux pour dédouaner leurs marchandises. Ils le feront désormais dans  leur bureau devant leur machine sans avoir besoin de se déplacer», lance-t-il tout heureux. D’après  le directeur du Guce qui a reçu le 27 janvier 2016 dernier le Système d’information des administrations (Siat), l’un des derniers pas de la dématérialisation des procédures de dédouanement des marchandises  au Port de Douala vient d’être franchi. Car, le système qui vient d’être reçu a déjà été testé dans les différentes administrations concernées par les procédures de dédouanement. Et le résultat  était positif.  Après cette phase de rodage, précise les responsables du Guce, la  dématérialisation sera terminée puisque le public  pourra désormais  faire ses opérations sans avoir besoin  d’aller au Port de Douala.

«En réalité, la procédure de dématérialisation des procédures de dédouanement au Port Autonome de Douala est achevée. Avec la réception du Siat, nous sommes tout simplement dans une phase de rodage. Car, il faut s’assurer que tout le système fonctionne normalement et ne présente  pas de dysfonctionnement. C’est après cette phase que la procédure  sera  définitivement lancée», explique Isidore  Biyiha.

D’après  les responsables du Guichet Unique qui déclare que la dématérialisation sera totale dans un délai d’environs trois mois, les installations des équipements réceptionnées par le ministre des Travaux publics le 29 septembre 2015 dernier constituait l’une des étapes  importantes dans l’achèvement du processus de dématérialisation des procédures de dédouanements des marchandises.

Parlant du parc matériel et logiciel remis par Patrice Ambassala, ministre des Travaux publics le 29 septembre 2015 dernier cet important matériel évalué à près d’un milliard cinq cent millions Fcfa, comprenait six serveurs, 70 ordinateurs, 50 imprimantes, 50 scanners, un robot de sauvegarde, dix licences d’utilisation, des logiciels et un stock important d’accessoires informatiques. Un parc assez important qui doit permettre comme l’a relevé Isidore Biyiha, le directeur général du Guichet unique «de hisser le Data Center du Guichet Unique parmi les références nationales».

Lutte contre la corruption

Selon Isidore Biyiha qui vante déjà les avantages de dématérialisation de la procédure de dédouanement au port de Douala, cela va permettre de lutter contre la corruption par la réduction  sérieuse des contacts physiques. «De nos jours le paiement des droits et taxes se fait  de manière électronique. Cela se traduit par des gains de temps considérables, la redevance du Pad se paie aussi déjà de manière automatique. On a plus besoin d’aller dans les guichets pour le faire. Moins on aura des contacts avec les responsables chargé de ces opérations de dédouanement, mieux on luttera contre la corruption. Avec la dématérialisation, il n’y a plus de photocopie à faire et on gagne en temps», affirme  Isidore Biyiha.

-LNE-

Source – espacepme

Share