• Home »
  • SANTE »
  • Santé | Le Centre spécialisé en Chirurgie endoscopique et Reproduction humaine de Yaoundé accueille trois nouveau-nés conçus par fécondation in vitro
Santé | Le Centre spécialisé en Chirurgie endoscopique et Reproduction humaine de Yaoundé accueille trois nouveau-nés conçus par fécondation in vitro

Santé | Le Centre spécialisé en Chirurgie endoscopique et Reproduction humaine de Yaoundé accueille trois nouveau-nés conçus par fécondation in vitro

L’une des trois mamans âgée de 52 ans était déjà ménopausée.

Le 12 juillet dernier, le Cameroun a enregistré les naissances de trois bébés conçus par fécondation in vitro au Centre Hospitalier de Recherche et d’Application en Chirurgie Endoscopique et Reproduction Humaine (CHRACERH) de Yaoundé. C’était la joie au sein du corps médical, surtout que l’une des trois mères, âgée de 52 ans, était déjà ménopausée. «C’est la volonté de Dieu», a lâché cette mère qui, en sortant du bloc, reprenait encore son souffle. Elle venait de subir une césarienne post fécondation in vitro effectuée par le Pr Jean Marie Kasia et son équipe de spécialistes.

Le Pr Jean Marie Kasia est Administrateur Directeur Général (ADG) du CHRACERH. «C’est un bébé spécial parce que c’est une grossesse obtenue chez une femme de 52 ans ménopausée qui n’espérait plus avoir d’enfants, chez qui on a pu procéder à une technique de pointe. La maman et le bébé se portent bien, nous sommes très contents», a-t-il déclaré. Le quotidien Le Jour édition du 13 juillet souligne à cet effet que «les limites de la maternité des femmes mûres sont sans cesse repoussées grâce aux progrès de la médecine, notamment la fécondation in vitro».

Il faut indiquer que d’après les spécialistes, la fécondation in vitro est une technique de procréation assistée dont l’objectif est de recréer en laboratoire les étapes de la fécondation naturelle. Le Pr Jean Marie Kasia fait savoir qu’il faut débourser la somme d’un million de francs CFA pour en bénéficier. Et 500 000 francs CFA de plus pour les médicaments. «Ces enfants que nous sortons aujourd’hui, nous les avons réalisés sous caméra. C’est-à-dire qu’on a tout archivé», a ajouté l’ADG du CHRACERH.

 

Source – camnews24

Share