Cameroun | Politique du livre : Un syndicat dénonce la mafia des éditeurs véreux

Cameroun | Politique du livre : Un syndicat dénonce la mafia des éditeurs véreux

Les responsables du Syndicat des éditeurs de livre du Cameroun (cambopubsyn) étaient face à la presse le 7 avril 2016 à Yaoundé pour donner leur position sur des questions vitales relatives aux manuels scolaires au Cameroun.

Le Président du Syndicat des éditeurs de livre du Cameroun, Anu Vincent Folefac, le Secrétaire Général Atem Emmanuel Ndeisieh  sont montés au créneau pour informer le grand public, le gouvernement et les décideurs politiques sur la compétitivité des éditeurs locaux au Cameroun. Et pour réaffirmer l’opinion et la position de ces derniers concernant la politique des manuels scolaires. D’autres questions connexes ont aussi été abordées au cours de leur conférence de presse.

Parmi les sujets abordés, il ya la critique des bonnes intentions des ministères de l’éducation par certains individus prétendant représenter les éditeurs et l’intérêt national. En effet, les syndicalistes affirment que des individus représentant leurs maisons d’édition locales et prétendant avoir le soutien des éditeurs locaux, critiquent les bonnes intentions du gouvernement d’augmenter le nombre de manuels par matière, et semblent présenter une proposition contraire à l’effet de changer la politique du livre au Cameroun en la faisant passer de trois à un manuel par matière. Le syndicat a tenu à préciser aux journalistes qu’une telle proposition n’émane pas des éditeurs locaux au Cameroun. Et que ces actions sont orientées vers l’intérêt égoïste de ceux qui les posent.

Cambopubsyn ajoute que  les croyances et les valeurs de ces maisons d’édition qui reflètent une situation de monopole sont qualifiées de destructrices pour  l’existence même du secteur du livre au Cameroun dans une économie de marché compétitive. Pour les syndicalistes, c’est tout simplement de la phobie de la concurrence et une intention, malveillante de bloquer les éditeurs locaux qui sont devenus plus compétitifs et considérés comme présentant de graves menaces pour certains qui ont recouru à l’utilisation des systèmes de règlementation comme un instrument pour leur propre stratégie de compétition.

Pour son Secrétaire Général et son Président, cambopubsyn soutient sans réserve l’option pragmatique adoptée jusqu’aujourd’hui par le gouvernement d’augmenter le nombre de manuels par matière. Dans un communiqué de presse remis aux journalistes, ce syndicat indique que « Si pour une raison ou une autre, le gouvernement souhaite maintenir à trois le nombre de livres par matière, alors cambopubsyn recommanderait que le gouvernement considère la possibilité de complètement éliminer  les éditeurs des multinationales(ou étrangers) de la liste afin de permettre aux acteurs de l’industrie locale qui ont fait leurs preuves dans le secteur du livre et  dont les sociétés existent au Cameroun afin que les camerounais y travaillent pour assurer la durabilité au sein du secteur et qu’ils grandissent ».

 

Source – yaoundeinfo

Share